Maisons-Laffitte, une ville « où il fait bon vivre »

Au coeur du Nord-Ouest parisien, la ville de Maisons-Laffitte est située entre la forêt de Saint-Germain- en-Laye et la Seine. Plus de la moitié du territoire communal est constituée d'un parc qui préserve la tranquillité des habitations et favorise les activités de loisirs. Outre l'Hippodrome, de nombreux équipements sportifs (Palais Omnisports, piscine et terrains de tennis notamment) participent à un cadre de vie où l'activité culturelle est très présente, puisque 7 sites, dont un cinéma, complètent le tableau.

Pour en savoir plus, consulter les rubriques « Sport » et « Culture »

 


Situation

Situation administrative

Les 262 communes des Yvelines sont réparties en 39 cantons et 4 arrondissements :

Maisons-Laffitte est le chef-lieu du canton qui regroupe Maisons-Laffitte et Le Mesnil-le-Roi (29 566 habitants).
Maisons-Laffitte fait partie de l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye (550 000 habitants) ; dans chaque arrondissement, le sous-préfet relaie localement les actions et les décisions du Préfet.


Moyens d'accès

Maisons-Laffitte dispose d'une localisation privilégiée par rapport aux pôles économiques d'importance de l'Ouest Francilien. Située à seulement 17 km de Paris, la Ville est à égale distance des pôles universitaires et économiques de la Défense et de Cergy-Pontoise.


Jumelage

Le jumelage entre deux villes est un moyen remarquable pour motiver un enrichissement culturel, mieux faire comprendre un partenaire économique et politique important, mieux utiliser une langue indispensable.
Mais c'est aussi une façon de faire naître des amitiés, individuellement agréables et collectivement irremplaçables pour l'équilibre des relations internationales.


Maisons-Laffitte et la Garde Républicaine : une histoire de parrainage

430-180x180.jpgTexte paru dans le magazine « Vivre à Maisons-Laffitte » n°16 – mai 2003

Le 22 décembre 2002, la Ville de Maisons-Laffitte est devenue par un vote unanime du Conseil municipal Ville marraine du 1er Régiment d‘infanterie de la Garde Républicaine.

L'histoire de Maisons-Laffitte a longtemps été liée à la présence constante d'unités de l'Armée de Terre dans le camp Galliéni, de sorte que le lien Armée-société civile y a toujours pris une atmosphère particulière, propre aux villes de garnison. Les Mansonniens accueillaient quotidiennement une population qui leur a fait partager les grandeurs et les servitudes de la vie militaire.


D'origine coutumière ancienne — des villes ont pu parrainer des navires de la Flotte depuis des siècles - cette initiative s'est étendue depuis 1994 à l'ensemble des forces armées. Le parrainage d'un régiment par une ville se définit comme « un rapport privilégié entre une collectivité territoriale et sa population d'une part, et une unité opérationnelle des forces armées d'autre part ».


Mansonniens ou Maisonnais ?

Le nom de notre commune apparaît pour la première fois dans un inventaire des biens de l'abbaye de Saint-Germain des Prés dressé vers 820 par l'abbé Irminon. Elle s'appelait alors mansions, pluriel du mot latin mansio, qui a donné Maisons. L'évolution fut assez rapide puisque, dans une charte rédigée entre 1060 et 1066, Geoffroy 1er, seigneur de Maisons, dispensa une abbaye de payer le péage "in portu qui maisuns vocatur", « dans le port appelé Maisons ». Plus tard on dira Maisons-sur-Seine ou Maisons-Poissy, pour éviter les confusions avec Maisons-Alfort.

Les habitants des deux communes s'appelaient couramment des Maisonnais. Lorsque Pierre Carpentier créa en 1948 le Cercle Artistique et de Variétés, il l'appela Jeunesse Maisonnaise. La société locale de pêche s'appelait l'Ablette Maisonnaise. Le mot était d'usage courant lorsque je m'installai à Maisons en 1948, mais, si les gens de Maisons-Alfort s'appellent toujours des Maisonnais, comment sommes- nous devenus des Mansonniens ?


Recensement de la population

La population légale 2012 est au 1er/01/2015 de 23 664 habitants.
Les populations légales sont désormais actualisées chaque année.